Cet été en demi-teinte n’incite pas trop à la baignade dans les lacs de montagne… Malgré tout, rien n’empêche d’aller faire le tour du lac de barrage de Kruth, où nous emmène Roger Tesson, pour découvrir ou re-découvrir les origines de ce plan d’eau.
Bonne lecture à tous.
  

Le lac de Kruth-Wildenstein est un lac artificiel du versant Alsacien du massif des Vosges. Il se situe essentiellement dans le territoire de la commune de Kruth et une partie dans la commune de Fellering, mais également une petite partie amont sur le territoire de la commune de Wildenstein.

Le lac se trouve à une altitude de 545 mètres d’une surface de 81 ha en eau pleine, largeur maximale 520 mètres et de 2.1 km de longueur maximale et d’une profondeur maximale de 35 mètres d’un volume de 12 millions de m3. Coordonnées GPS 47° 57’ 20 N et 6° 57’ 20 E

Pourquoi avoir construit ce barrage : La Thur s’écoule dans l’une des plus attrayantes vallées du versant Alsacien des Vosges. Elle prend sa source au sud du Hohneck, dans le massif du Rainkopf, vers 1000m d’altitude.
Après avoir suivi un ancien sillon glaciaire, elle s’élargit progressivement jusqu’à la plaine d’Alsace et se jette dans l’Ill à l’aval de Mulhouse. De caractère torrentiel dans la partie supérieure de son cours, la Thur a un débit très irrégulier, des crues assez brusques d’intensité variable succèdent à des niveaux très bas.
Les manufacturiers de cette vallée se préoccupaient depuis longtemps de la création d’un vaste réservoir accumulant une partie des eaux de pluie et de fonte des neiges pour alimenter les usines en période sèche.

Dès 1861, réunis à l’hôtel de ville de Thann, ils demandaient qu’une étude soit entreprise. Un premier dossier était dressé peu après, mais des impératifs d’ordre économique, historique et technique ont différé la réalisation de cet important ouvrage.

L’idée de créer un réservoir au fond de la vallée de la Thur fut reprise vers 1950 et en 1954, le conseil général du haut Rhin confiait au service du génie rural le soin d’engager les études préliminaires à la construction d’un barrage pour atténuer les variations du débit de la rivière.

Il fut alors envisagé de régulariser le régime de la Thur de telle façon que son débit d’étiage mesuré à Willer-sur-Thur ne descende pas au-dessous de 3m /s pour répondre à la fois aux besoins industriels (eau de fabrication, dilution des eaux résiduaire), aux besoins des collectivités locales (réalimentation de la nappe pour l’alimentation en eau potable, évacuation des eaux usées, lutte contre l’incendie) et aux besoins agricoles (irrigation)

Simultanément pouvaient être atténuées les crues provenant du bassin versant (21km²) dont certaines ont eu par le passé des conséquences catastrophiques, notamment en 1947 et à un degré moindre en 1955.
En outre, la création d’une retenue dans cette région particulièrement pittoresque paraissait devoir présenter un intérêt certain sur le plan touristique.

Le barrage a été édifié entre 1959 et 1963 et la première mise en eau a été effectuée en 1964.

Ce barrage est de type « barrage poids sans noyau d’argile », est une construction très stable avec une proportion amont étanche en béton bitumineux constituée de quatre couches successives.

Un réaménagement complet de la zone : Pour la desserte de l’ouvrage et de ses abords, cinq kilomètres et demi de routes incorporées ultérieurement à la voirie départementale ont été construits, comportant de nombreuses traversées d’eau et sept ponts.

Le chemin départemental 13bis a dû être déplacé entre le col du Hof et l’entrée de Wildenstein sur une longueur de 1,8km de même que les lignes électriques et téléphonique qui ont été enterrées pour des raisons esthétiques.

Des travaux de reprise d’étanchéité ont débuté depuis 2019 et ne sont pas encore terminés en 2023 (coût près de 12 millions d’euros). Un barrage intermédiaire (photo ci-contre) fut créé pendant les travaux, il permet une régulation des eaux et une activité touristique sur la partie amont.

Le syndicat mixte « Rivières de Haute Alsace » assure pour la collectivité européenne d’Alsace la gestion et la maintenance du barrage et il est le plus important barrage du département du haut Rhin.


Partie Lac. Les principaux atouts du lac, dans un écrin de montagnes résident dans la beauté des paysages, la tranquillité et la gratuité du site, farniente, pique-nique, parc aventure, canoé, pédalo, VTT, baignades … Le site dispose de nombreux circuits de randonnées.

Randonnée autour du lac : 5,5 km (Source Visorando)


R. FR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *