Assemblée départementale des clubs vosgiens CV88

Comme chaque année, les associations locales Club Vosgien du département 88 se réunissent pour organiser une sortie commune. Cette année, c’est le club vosgien de Vagney & environs qui organise cette manifestation le dimanche 08 septembre à partir de 08h30.

Vous trouverez ci-après les documents relatifs à cette manifestation :

  • Lettre d’invitation du club vosgien de Vagney & environs
  • plan de situation pour le lieu de rendez-vous
  • plan de la randonnée.

Tous les adhérents sont dés à présent cordialement invités à participer à cette manifestation.

Venez nombreux !!

 

Voir les documents...

Le Club Vosgien s’expose RENCONTRE AVEC UN AVENTURIER AUTHENTIQUE

Dans le cadre de son exposition à la Maison de la Bresse jusqu’au 25 Juillet, le Club vosgien avait invité Jean-Yves FREDRIKSEN à présenter son film sur les 400 km de sa traversée de l’Himalaya en parapente.
Guide de haute montagne, auteur de plusieurs expéditions avec ses compères montagnards, mais aussi gamin de Ventron aux solides attaches vosgiennes, Jean-Yves a stupéfié le public de cette soirée par sa maîtrise du vol – bivouac en parapente, par son audace, sa constance dans l’effort (l’aventure a duré quatre mois !), et aussi son humanité vis-à-vis des populations rencontrées et de ses amis népalais.

Un aventurier "abordable"
Poursuivre la lecture

Le Club Vosgien s’expose :

LES CONSEILS D’UN GRAND RANDONNEUR

Dans le cadre de son exposition à la Maison de la Bresse jusqu’au 25 Juillet, le Club vosgien avait convié Robert JACQUOT, cadre fédéral, à animer une soirée sur le thème de la randonnée et de sa préparation.

Sur le registre de la randonnée sportive de haut niveau, largement au-dessus de la performance plus modeste du randonneur moyen fréquentant les sorties hebdomadaires du Club  Vosgien, Robert nous a tenu en haleine durant la soirée de mercredi 10 juillet : randonnées haute montagne, traversée des Pyrénées par le GR 10, le célèbre – et difficile – GR 20 de Corse, et surtout le GR 5 de la Mer du Nord à la Méditerranée.

Au-delà de la performance sportive – la totalité du GR 5 en 66 jours non stop n’est pas à la portée du premier venu !!  – Robert nous a surtout parlé de l’indispensable préparation d’une randonnée de plusieurs jours : entraînement physique sans lequel toute randonnée peut vite devenir une galère, préparation des itinéraires , nutrition , composition du sac à dos , équipement vestimentaire et matériel , choix des hébergements , adaptation aux aléas de parcours et de météo, découverte d’autres régions et rencontres avec les habitants…..

Même si le but des randonnées du Club Vosgien ne vise pas ce haut niveau de performance, chacun aura pu retirer de ce témoignage quelques enseignements pour sa préparation, afin de profiter au mieux des sorties proposées tout au long de l’année par le Club Vosgien.

Après quelques échanges avec la quarantaine de personnes présentes, la soirée s’est terminée par le verre de l’amitié où l’on a pu prolonger encore un peu  nos rêves de sentiers et d’escapades en montagne.

Mercredi prochain 17 juillet à 20 h à la salle de cinéma « Grand Ecran »; le Club Vosgien hausse encore le niveau avec une soirée « himalayenne » : 400 km en parapente au-dessus des plus hautes montagnes du monde, par Jean-Yves Fredriksen…. Avis aux amateurs de sensations fortes….

Le Club Vosgien de La Bresse

Quand la télévision locale VIA VOSGES interroge notre club.

Cette semaine, la chaîne de télévision locale VIA VOSGES a organisé une émission spéciale à Bol d’Air à la Bresse à l’occasion de leur événement futur : le sentier des lumières.

Quatre invités vont se succéder pour vous faire part de leur actualité bressaude.

Au travers de l’interview de Daniel Mougel, représentant le club vosgien de La Bresse, nous découvrirons l’ensemble des actions, sorties estivales et missions de notre club.

Nous vous souhaitons une bonne lecture de cette vidéo.

L’Équipe des baliseurs du Chajoux intervient au Moutier des Fées ou comment redonner son lustre à la statue de Sainte Thérèse

Au fil du temps la statue de Sainte Thérèse dans son emplacement était de moins en moins visible, défraîchie, couleurs délavées, vitre de plus en plus opaque, souvent encombrée par la condensation.

Bref, il fallait faire quelque chose. La décision fut prise de relooker tout cela, statue et emplacement. Après des recherches sur les couleurs des vêtements, notre peintre lui redonna son plus bel aspect. Quelques retouches au plâtre sur le visage lui donnèrent une apparence plus jeune.

Son emplacement devait être également retravaillé, un peu élargi avec une saignée pour permettre d’écouler l’eau de condensation et surtout recreuser la feuillure pour recevoir le plexiglas. De surcroit, une visière en partie supérieure évitera à une partie de l’eau de ruissellement du rocher de pénétrer dans l’habitacle.  Le découpage et l’ajustement du plexiglas est réalisé, sans oublier une lumière en partie haute pour éviter la condensation.

Sainte Thérèse a repris sa place, le plexiglas scellé et étanché au silicone, sans doute encore pour quelques années.

Merci à l’équipe de Baliseurs.

Un peu d’histoire et de légende sur le Moutier des Fées par Jean Pierre Vincent-Viry.

 

         Le rocher du Moutier des Fées, situé sur la commune de Rochesson à 1062m d’altitude, n’est pas seulement un site prisé des amateurs d’escalade, mais un lieu chargé d’histoire et de légende.

En patois local, Moutié ou Moté veut dire église, sans doute en raison du rocher en forme de clocher tronqué. Nous serions donc à l’église des fées, et embarqués dans l’imaginaire satanique de nos ancêtres qui prétend qu’à cet endroit se tenait le sabbat des diables, démons, sorcières, sotrés et autres créatures ayant partie liée avec le Malin…

Légende du Moutié des Fées :

Un jour de septembre 1754, Marie-Thérèse, une jeune fille enjouée de Grosse Pierre, partit chercher au moulin du village un cuveau de farine. En chemin, rencontra un jeune homme élégamment vêtu qui lui fit compliment sur sa grâce et son entrain et l’invita pour le soir même à danser à une loûre (veillée) qu’il organisait avec des amis. Sans remarquer les embryons de cornes qui ornaient le front du galant, ni les pieds fourchus qui dépassaient de ses chausses, Marie-Thérèse promit d’y être. Insouciante et guillerette, elle raconta sa rencontre au meunier qui flaira un traquenard et mit la belle en garde.

La jeune fille chargea son cuveau de farine sur le dos et reprit le chemin de Grosse Pierre avec cette fois quelque inquiétude …. Au bord du chemin, le galant l’attendait et lui rappela sa promesse…. Marie-Thérèse essaya bien de se défausser, mais rien n’y fit et, sous l’emprise du malandrin, dut grimper jusqu’au Moutié des Fées où elle se retrouva à danser toute la nuit, son cuveau sur son dos, au milieu des diables, sorciers et sorcières. Elle ne s’en remit jamais et mourut peu après….

          Plus près de nous, le Moutier des Fées fut en 1944 un poste d’observation de l’armée allemande qui se doutait de la mise en place d’un maquis de résistants sur la crête entre Noiregoutte et le Hauts de Presles. En effet, depuis août 1944, les hommes de ce secteur de la montagne vosgienne se regroupaient pour « monter au maquis ». Dans le vallon de Noiregoutte, 380 hommes étaient rassemblés en plusieurs trentaines réparties sur les points hauts environnants et dans le fond du vallon de Noiregoutte.

Depuis l’équipe des baliseurs du Chajoux

Des marches d’escaliers pour le « Sentier du Paradis »

Depuis un certain temps, il en était question, comment améliorer la montée du sentier du paradis à partir de la route qui dessert les chalets dernièrement construits.

La pente est raide, quelques marches en pierres semblaient la solution approuvée par l’équipe de baliseurs. La démarche est faite par Michel POIROT auprès des Services Techniques et très rapidement une douzaine de bordures sont déposées au pied de la pente. Reste bien sûr la mise en œuvre :
                                             – préparer le terrain
                                             – retirer les cailloux gênants
                                             – creuser le lit des marches en respectant une pente régulière.

 Le savoir faire et l’expérience de chacun s’exprime.

 

Poursuivre la lecture...