Quoi de neuf au mois d’Août dans les randonnées

Pour la période de Août 2020 vous trouverez les randonnées suivantes :

Date de la sortie
Chef de course
Lieu de la sortie
Compte-Rendu
Galerie Photos
Vidéo

02/08/2020

Nicole Valdenaire & Hubert Gehin

Wissgrut – la source de la Doller

Annulée

05/08/2020

Claude Poirot

La roche des Ducs

09/08/2020

Loïc Druart

Ventron – frère Joseph – Col de la Lochère

12/08/2020

Dominique André

Le Massif de l’Ormont

19/08/2020

Jean-Claude Starck

Lac de Saulxures – Thiéfosse

26/08/2020

Jean-Pierre Vincent-Viry

Du Collet à la Vertbruche

 

L’équipe du Blog vous souhaite une agréable lecture.

Un peu de lecture…..

Comme nous l’avions déjà annoncé, après chaque sortie (randonnée ou balade), les chef(fe)s de course rédigent un compte-rendu de la sortie agrémenté éventuellement de quelques photos.

Loïc D. est en charge de mettre en place les photos (récupérées chez les participants) dans les albums correspondants.

Le tout est consultable sur le site internet du club vosgien.

Pour la période de Juillet 2020 vous trouverez ainsi :

Date de la sortie
Chef de course
Lieu de la sortie
Compte-Rendu
Vidéo

01/07/2020

Loïc Druart

La Vigotte – Le Villerain

04/07/2020

Daniel Mougel

La Piquante Pierre

08/07/2020

Michel Poirot

Le fond de Vologne

12/07/2020

Jean-Roch Mougel

La cascade de Battion

19/07/2020

Jean-Claude Starck

Le tour des roches

22/07/2020

Jean-Marie Géhin

Le Frankenthal

26/07/2020

Jean-Claude Starck

Le tour d’Artimont

29/07/2020

Denise Marchal & Roland Fritz

Le col d’Oderen

 

L’équipe du Blog vous souhaite une agréable lecture.

Le COTENTIN

Clin d'oeil au Club Vosgien.

Quand la belle échappée se termine en "Echappées Belles"

Printemps 2020, nous sommes tous confinés et nos projets de sorties tombent à l’eau les uns après les autres. Pour changer d’air, je vous propose une escapade virtuelle se terminant d’une façon inattendue …….

Mai 2019 : A l’initiative d’un des leurs et de son épouse, normands d’origine, un groupe d’amis, membres du Club Vosgien part à la découverte de la presqu’île du Cotentin.

Il est prévu de rayonner autour de 2 villes, Granville au sud et Cherbourg au Nord.

Jour 1 : Visite de Granville

Ville de 13000 habitants, Granville s’est naturellement développée par ses activités maritimes puis balnéaires. Elle est surnommée la « Monaco du Nord ».

Fondée au 11ème siècle par un vassal de Guillaume le Conquérant, ancienne cité corsaire et forteresse de défense du Mont St Michel, son port se développa avec la pêche à la morue, remplacée maintenant par la coquille St Jacques. Parallèlement se développa le port de plaisance et les activités balnéaires et touristiques (hôtels de luxe-casino …etc).

C’est aussi le berceau de la famille Dior à laquelle un musée est consacré.

Deux églises monumentales, St Paul et St Nicolas, dominent la ville. Malheureusement, le délabrement de l’église St Paul a contraint la ville à la fermer par mesure de sécurité. Un projet de transformation en musée est à l’étude.

 
 
Granville -La plage - Le Casino et les hotels
Granville dominée par l'église St Paul
Granville - Port de pêche - La Citadelle
2 Granville-Port de plaisance
Granville - Port de plaisance

Jour 2 :  Le Mont Saint Michel – Traversée de la baie à marée basse.

Il n’est bien sûr pas question de nous lancer dans cette randonnée sans accompagnement. Nous nous rendons à Genêts, où nous retrouvons notre guide. Nous ne sommes pas seuls et de nombreux groupes se forment, d’environ 30 personnes .

La brume n’est pas encore levée et la plage découverte nous accueille pour nos premiers pas dans la vase, tantôt d’aspect tôle ondulée assez ferme, tantôt molle où les pieds s’enfoncent, mais le pire, c’est une espèce de glaise qui colle et glisse dans tous les sens ; il faut dans ce cas trouver la bonne position d’équilibre, jambes légèrement écartées, mouvements souples ; on regrette nos bâtons de marche et l’équilibre du skieur de fond est bien utile ……

Nous suivons donc le guide qui  marche à une cadence nettement supérieure à celle pratiquée lors de nos randos CV, mais il est vrai que le temps nous est compté pour les 7 km aller en suivant la marée descendante et 7 km retour avec la marée montante sur nos arrières.

 
 
Le groupe en marche
Le Mont apparait en arrière de l'ile de Tombelaine

Nous traversons des ruisseaux plus ou moins importants et aussi des zones où l’on sent la masse du sol bouger et flotter sous nos pieds ; si on s’arrête, on s’enfonce inexorablement.

C’est le moment pour une démonstration : jambe par jambe, par un mouvement circulaire pour desserrer l’étreinte, et en se retirant progressivement, le guide se sort de ce mauvais pas.

Nous arrivons enfin au Mont après une sortie sur la grève caillouteuse digne d’une initiation de fakir « aie aie aie »…

Après un arrêt de 3/4 d’heure pour visiter, se restaurer, sans oublier l’arrêt technique, nous repartons pour 2 heures de marche avec la marée aux trousses.

La principale difficulté consiste dans le grossissement des rivières, dont l’écoulement est ralenti par la montée de la marée, et à plusieurs reprises, le guide remonte le lit à la recherche d’un gué pour traverser ; malgré cela, les shorts, même remontés au maxi seront trempés .

Refroidis par le vent du large, nous avons hâte d’arriver.

La côte approche et nous rencontrons une dernière difficulté à découvrir dans la vidéo ci-dessous.

Nous mettons enfin pied sur la plage, heureux d’avoir vécu cette expérience ……. et de changer nos habits mouillés.

Jour 3 :L’archipel de Chausey.

Situé à 15 km de Granville, l’archipel est accessible par de nombreuses navettes. Il est constitué de 20 îles et environ 130 îlots qui se découvrent à marée basse. Seule Grande-Ile est habitée (30 habitants permanents) la plupart pêcheurs de homards, congres, bars ou éleveurs d’huitres et de moules mais elle reçoit près de 200 000 visiteurs par an.

Chausey - vue aérienne

Après 1 heure de navigation, nous accostons sur cette île qui, malgré son nom, ne mesure qu’1.5 km de long sur 500 m de large.

Nous avons la journée pour en faire le tour ; après les quelques maisons du petit port, nous prenons le sentier côtier et découvrons d’abord le château construit en 1559 et rénové en 1923 par Louis Renault (industriel automobile), considéré comme le bienfaiteur de l’île, puis le fort construit en 1886, qui a surtout servi de camp de prisonniers allemands pendant la 1ère guerre mondiale.

Le sentier traverse une zone de carrières débouchant sur la mer ; c’est ici que s’approvisionnaient les moines bâtisseurs du Mont St Michel.

En bout de l’île, un promontoire nous révèle un paysage de rochers fantastiques entre les grèves et criques où mouillent de nombreux voiliers.

 
 
Rochers des Moines
Chausey à marée basse

Nous terminons ce tour  de l’île , sans difficultés , enchantés par la flore de printemps, éclatante sous le soleil de mai.

Jour 4 : Granville – Cherbourg 

Nous prenons la direction du Nord, par de petites routes qui serpentent entre bocage et marais et arrivons à Ste Mère-Eglise.

Ste Mère-Eglise et le para suspendu

Le village est très animé ; dans quelques jours débuteront les commémorations du 75 ème anniversaire du débarquement et militaires et officiels occupent le terrain.

Nous ne manquons pas de visiter le musée Airborne, consacré aux troupes américaines aéroportées. Il mérite vraiment que l’on s’y attarde.

Films d’époque, tableaux, expositions d’objets, matériel, véhicules, scénes reconstituées nous font vivre les évènements du jour -J, depuis la préparation jusqu’à la libération.

Deux reconstitutions nous ont particulièrement  frappés.

L’une nous fait monter dans un planeur et  vivre l’approche, l’atterrissage brutal dans les marais qui fit de nombreuses victimes.

Dans l’autre, nous montons dans un avion et nous apprêtons à sauter en parachute.

Dans les 2 cas, tout y est, le matériel est authentique, les bruits de moteur, de DCA, les ordres, l’ambiance, comme si vous y étiez.

Jour 5 :  Cap de La Hague – Nez de Jobourg.

Par la D901, 28 km de route nous mènent à la pointe Ouest du Cotentin, laissant sur notre droite l’usine de retraitement de déchets nucléaires de La Hague, qui emploie 3000 personnes et traite les déchets français, mais aussi étrangers, ces derniers étant retournés  après traitement dans leur pays d’origine.

A Goury, petit circuit sur la pointe avec son sémaphore ;  ambiance irlandaise en arrière-pays avec les murs de pierre, cousins des « beurheux bressauds ».

Nous reprenons la voiture et par la D 401 puis la D 202 nous nous approchons du  but de la rando de la journée.

Le nez de Jobourg, cap rocheux plongeant dans la mer du haut de ses 128 mètres est accessible par le sentier du littoral – GR 223. Entre croupes herbeuses et criques profondes, ce sentier nous mène au point culminant.

Jour 6 : Cherbourg – autour du port.

Cherbourg est une ville de 80 000 habitants et se déploie autour  de ses 5 ports de plaisance, pêche, commerce, croisières  et militaire, protégés par sa rade artificielle (2ème plus grande au monde).

Visite de la Cité de la mer :

Cette cité occupe l’ancienne gare Maritime Transatlantique, sur le terminal des ferrys.

La galerie d’entrée présente 12 engins de  plongée sous-marine d’époques diverses.

La cité de la mer
Sous- marins : des origines à nos jours

Nous visitons ensuite le Redoutable, 1er sous-marin nucléaire français, opérationnel de 1967 à 1991. Offert par le ministère de la marine, il est ouvert au public depuis 2002, après d’importants travaux, tant sur le port que sur lui-même et notamment l’extraction du noyau atomique.

Pourvus d’audio-guides, la visite dure 40 mn.

Le Redoutable

Nous continuons la visite par l’aquarium, 17 bassins dont un de 11 m de profondeur et pour terminer par l’expo « Titanic », qui retrace l’histoire de l’immigration européenne et plus particulièrement le tragique destin des passagers qui embarquèrent le 10 avril 1912 sur le paquebot pour sa dernière traversée.

Nous embarquons ensuite pour un tour de la rade commenté.

Commencés en 1783, les travaux ne furent terminés qu’en 1853 et connurent des fortunes diverses : prototypes de caissons submersibles emportés par la tempête, évènements politiques (révolution française puis guerres napoléoniennes).

La rade est protégée par 3 digues d’une longueur totale de plus de 6 km. La rade centrale, distante de 4 km de la côte est longue de 3640 m, sa largeur à la base est de 100 m, 12 m au sommet pour une hauteur moyenne de 27 m.

Ces digues sont constituées de bateaux de guerre sabordés puis d’enrochements.

La rade de Cherbourg

5 forts sont construits sur ces digues, car le but était de protéger notre marine de guerre contre les anglais. Voire ci-dessous ce qu’il  reste de ces forts, mais les digues, en bon état, contribuent à l’activité de ce port en eaux profondes, recevant les plus grands navires de croisières.

L’arsenal en profite aussi et est spécialisé dans la construction de sous-marins nucléaires ; le Suffren devrait sortir en 2020 et 5 autres d’ici 2030…..  (prévisions avant les évènements actuels).

Et nous ne pouvions terminer cette journée à Cherbourg sans faire un tour en ville ……

38la parapluies de Cherbourg (3)

Jour 7 :  Ile de Tatihou

Pour notre dernière journée, nous décidons de visiter cette île au nom à consonnance exotique (Tahiti ?) située à quelques encablures du port de St Vaast la Hougue.

Ile minuscule de 29 ha habitée depuis longtemps, on a découvert des traces datant de 1500 av JC, elle fut fortifiée en 1694 (encore contre les anglais !). En 1720 elle reçoit les équipages mis en quarantaine pour éviter la propagation de la peste.                                                                                     Aujourd’hui, il n’y a plus d’habitants mais c’est un musée consacré aux   marins. Epaves, rénovations, tableaux, ouvrages anciens, maquettes y sont exposés dans plusieurs bâtiments. La flore sauvage et cultivée est exposée dans des jardins.

Musée de Tatihou

L’île est accessible à pied à marée basse ou avec une vedette à pneus, fonctionnelle à toute heure à partir d’un plan incliné. C’est  ce moyen que nous employons et nous cheminons de jardin en expo jusqu’à l’heure du pique-nique. Un parc, des tables et des bancs, nous nous installons.          

Le repas terminé, nous nous apprêtons à continuer notre visite lorsque nous apercevons un groupe de 4 personnes qui se dirige vers nous ; à sa tête, une petite dame habillée en noir, coiffée d’une casquette …..                              Surprise, interrogation, mais oui bien sûr, on la connait !!! Sophie ! Sophie Jovillard et son équipe de tournage de l’émission « Echappées belles » !!    Nous voilà beaux ! pourvu qu’elle ne nous interviewe pas !!                             Mais on n’y coupe pas ! et ça donne la vidéo ci-après.

Notre escapade se termine et il faut se quitter, aprés avoir chaleureusement remercié nos « Gentils Organisateurs » pour le choix du programme.

Il reste encore beaucoup à visiter dans ce département de la Manche et nous nous sommes promis d’y retourner.

Nous espérons par cet article, vous avoir donné l’envie d’y passer un moment.

 Crédits photos 

Granville – port de pêche – Le Routard 
Chausey – vue aérienne – Ouest France     
Cherbourg – Cité de la mer – Manche Tourisme
Cherbourg – Le Redoutable – Discount marine
Ile de Tatihou – vue aérienne – Manche .fr

PROMENONS NOUS DANS LES PRES (1)

Du Raindé....

En ces temps de confinement, et à défaut de pouvoir gambader dans la nature, je vous propose une petite balade – virtuelle bien entendu – dans les prés de La Bresse….

Le cadastre ancien de La Bresse comporte près de 400 noms de lieux-dits, dont environ 120  portent le nom de « Pré …quelque chose ».

A l’époque où ils ont été dénommés, on désignait par « pré » uniquement les surfaces, petites ou grandes, susceptibles d’être fauchées pour produire du fourrage.

Nous allons cette semaine visiter quelques-uns de ces prés, entre le Raindé (limite avec Cornimont) et la Chaume de Grouvelin, sur le versant droit de La Bresse.

Près de la moitié des lieux-dits désignés par « pré » portent le nom de leur propriétaire ou de leur exploitant. Sur notre parcours, nous irons du Pré Barthélémy au Pré Jacques, en passant par Pré François (prononcer Françouais), Pré Nînâ (qui n’est pas un prénom féminin, mais qui est Léonard) , Pré Gomel (dans le recensement des ménages de la Bresse en 1559, on trouve Colas Gomel, Adam Gomel, Vincent Gomel) ou encore Pré Noël ou Pré Urbain….

Plus rarement, le « pré » est désigné par un qualificatif de son propriétaire : le Pré du Sage, ou le Pré Gros Joseph.

Le pré est aussi dénommé en fonction de sa situation par rapport à la ferme : Le Pré Dessus (à une altitude légèrement supérieure), ou par rapport à un repère topographique : le Pré Devant (en avant de la roche qui domine la ferme, donc visible de cette dernière) ,  et le Pré Derrière (soit situé derrière la ferme, soit situé derrière un obstacle topographique par rapport à la ferme).

La végétation, la nature du sol, ou le type de culture qualifient aussi quelquefois le pré : Pré de la Fougère, le Pré de l’Orme, le Pré du Champ, ou encore pré Clochette (le pré où poussent en avril ces petites clochettes jaunes qu’on appelle jonquilles….) et le Pré Sec (sans doute le propriétaire y a-t-il vainement cherché une source ?)

Plus rare encore, le pré se rapporte à un évènement : le Pré de la Bataille au-dessus du Raindé (légende de deux frères qui se seraient entretués à cet endroit pour les beaux yeux d’une belle…. ou encore (attesté dans les archives anciennes) bataille entre paysans pour l’exploitation du lieu…..)

Sur les vues aériennes jointes, (merci Géoportail) quelques uns de ces prés sont surlignés et malgré le temps qui passe et la déprise agricole, on devine encore bien qu’ils ont été – ou sont encore – fauchés et entretenus.

Allez, fin de la promenade pour aujourd’hui….

La semaine prochaine, nous irons sur le versant d’en face, du Brabant aux Bouchaux….

....à Grosse Pierre

Comment tout savoir sur les Réserves naturelles des Vosges

L’assemblée générale du club vosgien de La Bresse s’est tenue le samedi 18 janvier .

Après les traditionnelles présentations sur les activités 2019 et les perspectives 2020 du club, l’après-midi s’est terminée par une présentation très intéressante réalisée par
         Alix Badre Greuzat, conservatrice de la réserve naturelle de la tourbière de Machais.

Le sujet concernait la tourbière de Machais avec des points de vue très originaux et intéressants vus depuis le ciel (avec un drone) ou sous l’eau (grâce au film réalisé par un plongeur).

Milieu jusqu’ici peu étudié et potentiellement fragile dans le cadre du changement climatique à venir, le lac a en effet révélé récemment son potentiel pour de nombreuses formes de vie : algues, plancton, éponges, poissons, insectes, végétation…

Ces sujets ont fortement captivé l’ensemble de l’assistance et les échanges fort nombreux au moment de la présentation se sont poursuivis tout au long de l’apéritif qui a suivi le débat.
Une intervention appréciée de tout le monde !

 

Tourbière de Machais vue du ciel
Poursuivre la lecture...

Choucroute Party au Club Vosgien

Dimanche, 10 novembre, était organisée au chalet Gervais Poirot, la traditionnelle choucroute. Cette année, c’est un peu plus de 30 personnes qui s’étaient données rendez-vous pour passer une bien agréable journée ensemble.
Tout le monde se retrouve vers 11h 30 autour d’un grand choix d’apéritifs, petits encas divers et variés, amenés par les uns et les autres.
Arrive ensuite le moment tant attendu avec l’arrivée de la choucroute garnie, concoctée par un traiteur local, Fred.

Tout le monde passe à table, dégustant la choucroute (servie par notre secrétaire, son épouse, Monique et Marie-Hélène) et échangeant largement, souvenirs, plaisanteries ainsi que bouteilles de vin rouge et blanc.
Tout au long du repas, un fond musical bien sympathique nous est distillé par nos deux musiciens présents, à savoir
Bernard à l’accordéon et Luc au saxo.
Grand Merci à eux deux. 

Après fromages et desserts de toutes sortes, notre secrétaire s’éclipse subrepticement pour revenir déguisé en Curé de Cucugnan et accompagné de sa fidèle complice, j’ai nommé
Soeur Marie-Paule du Tabernacle Entrouvert.

Poursuivre la lecture

Le Club Vosgien entretient le souvenir

En union avec les communes de VENTRON,CORNIMONT,
LA BRESSE et l'association "Les Amis de Pforzheim",

Notre club s’est souvenu de ces tristes jours de la déportation des hommes des trois communes vers l’Allemagne, le 09 novembre 1944.

La cérémonie débuta à Ventron par la réception des autorités venues de Pforzheim avec nos amis de l’association franco-allemande et en présence des personnalités des trois communes vosgiennes.

Les cors des Alpes rehaussaient la cérémonie.

Après le traditionnel pot d’accueil, les différentes allocutions, un dépôt de gerbes s’ensuivit au monument aux morts.
L’ensemble des délégations se dirigea ensuite vers Cornimont pour un dépôt de gerbes puis à La Bresse où dans un premier temps le repas en commun fut servi.

A l’issue du repas, la parole fut donnée aux représentants de la commune de La Bresse et de notre association « Les Amis de Pforzheim », en rappelant ces terribles évènements, chacun émit le vœu que la paix s’installe définitivement en ce monde.
Puis, toutes les délégations se rendirent au cimetière de La Bresse pour un dépôt de gerbe.

Avant de nous dire « Au revoir et Bon retour », la présidente de l’association « les Amis de Pforzheim » nous invita à la traditionnelle rencontre les 26 & 27 septembre 2020 en leur cité.

Galerie des photographies

Si vous souhaitez visualiser l'intégralité des photos prises ce jour, cliquez sur le bouton ci-après.
Les 75 ans

Le Club Vosgien s’expose RENCONTRE AVEC UN AVENTURIER AUTHENTIQUE

Dans le cadre de son exposition à la Maison de la Bresse jusqu’au 25 Juillet, le Club vosgien avait invité Jean-Yves FREDRIKSEN à présenter son film sur les 400 km de sa traversée de l’Himalaya en parapente.
Guide de haute montagne, auteur de plusieurs expéditions avec ses compères montagnards, mais aussi gamin de Ventron aux solides attaches vosgiennes, Jean-Yves a stupéfié le public de cette soirée par sa maîtrise du vol – bivouac en parapente, par son audace, sa constance dans l’effort (l’aventure a duré quatre mois !), et aussi son humanité vis-à-vis des populations rencontrées et de ses amis népalais.

Un aventurier "abordable"
Poursuivre la lecture

Le Club Vosgien s’expose :

LES CONSEILS D’UN GRAND RANDONNEUR

Dans le cadre de son exposition à la Maison de la Bresse jusqu’au 25 Juillet, le Club vosgien avait convié Robert JACQUOT, cadre fédéral, à animer une soirée sur le thème de la randonnée et de sa préparation.

Sur le registre de la randonnée sportive de haut niveau, largement au-dessus de la performance plus modeste du randonneur moyen fréquentant les sorties hebdomadaires du Club  Vosgien, Robert nous a tenu en haleine durant la soirée de mercredi 10 juillet : randonnées haute montagne, traversée des Pyrénées par le GR 10, le célèbre – et difficile – GR 20 de Corse, et surtout le GR 5 de la Mer du Nord à la Méditerranée.

Au-delà de la performance sportive – la totalité du GR 5 en 66 jours non stop n’est pas à la portée du premier venu !!  – Robert nous a surtout parlé de l’indispensable préparation d’une randonnée de plusieurs jours : entraînement physique sans lequel toute randonnée peut vite devenir une galère, préparation des itinéraires , nutrition , composition du sac à dos , équipement vestimentaire et matériel , choix des hébergements , adaptation aux aléas de parcours et de météo, découverte d’autres régions et rencontres avec les habitants…..

Même si le but des randonnées du Club Vosgien ne vise pas ce haut niveau de performance, chacun aura pu retirer de ce témoignage quelques enseignements pour sa préparation, afin de profiter au mieux des sorties proposées tout au long de l’année par le Club Vosgien.

Après quelques échanges avec la quarantaine de personnes présentes, la soirée s’est terminée par le verre de l’amitié où l’on a pu prolonger encore un peu  nos rêves de sentiers et d’escapades en montagne.

Mercredi prochain 17 juillet à 20 h à la salle de cinéma « Grand Ecran »; le Club Vosgien hausse encore le niveau avec une soirée « himalayenne » : 400 km en parapente au-dessus des plus hautes montagnes du monde, par Jean-Yves Fredriksen…. Avis aux amateurs de sensations fortes….