A la découverte de l’Etang de la Tourbière de la Morte Femme.

Les vacances de Février sont terminées, chacun a pu et su profiter des paysages vosgiens sous d’épaisses couches de neige.

Pour être tranquille et loin de la foule pendant cette période, j’ai emmené deux amis à la découverte de  la Tourbière de la Morte Femme.

Située à 615 m d’altitude, une des plus basses du département, c’est une tourbière acide et bombée.

Datant d’environ 6000 ans (hé oui) elle est considérée comme une « station relique de l’époque post- glaciaire ».

On y exploita la tourbe jusqu’en 1945.

Cette toubière de la Morte Femme située sur la commune de Gérardmer et incorporée à sa forêt domaniale en 1981 est gérée par l’Office National des Forêts de Saint Dié et est devenue Réserve Biologique Domaniale (RBD) en 1986.

Fin des années 1980, début des années 1990, création d’un étang artificiel d’environ un 1/2 hectare pour ré- humidifier la partie tourbeuse par capillarité, création de plusieurs « gouilles » (petites mares de quelques mètres carrés) dans les parties les plus sphaigneuses pour favoriser la reproduction (espèces rares de libellules, de papillons, de tritons etc)

Sur cette tourbière acide on y trouve le pin à crochets (Pinus uncinata), la droséra (rotundifolia et intermédia), la linaigrette (ériophorum vaginatum), la myrtille, l’endroméda polifolia etc, des papillons comme la nacrée de canneberge entre autres.

.

Un « CORST » (comité consultatif régional scientifique et technique) existe pour cette tourbière et a pour but de mettre en lumière les réserves biologiques,  la diversité forestière et favoriser la concertation entre gestionnaires, municipalité et représentants de l’administration.

Article inspiré de travaux de Mr PH.BRICAULT, ingénieur du GREF, Office National des Forêts de Saint Dié.

Voilà pour cette petite balade en découverte sur un site classé Natura 2000. Endroit bien caché, difficile d’accès mais d’une beauté toute sauvage qui ne laisse pas indifférent.

Malheureusement je n’ai pas pu trouver le pourquoi du nom de cette tourbière…

Galerie Photos

5 réflexions sur « A la découverte de l’Etang de la Tourbière de la Morte Femme. »

    1. Merci pour cet article et ces belles photos. Je ne connaissais pas cette tourbière. Bonne continuation à vous tous et belles randonnées.

  1. Merci pour ces jolies photos! Ça serait bien d’organiser une randonnée avec le club quand on nous le permettra.
    Yvette

  2. J’adore cet endroit , nous y allons parfois pendant les cours de sciences naturelles au lycée !
    Je trouve qu’il y a une bonne énergie , j »y vais parfois me ressourcer !
    Je pense que le nom de more femme vient du nom du virage , avec petite aire de repos , juste après quand on repart vers Gérardmer , qui porte aussi ce nom- là !
    Bisous virtuels à toutes et tous

  3. Merci Loïc pour ce documentaire super bien imagé. Cette tourbière ressemble à celle de Gemnaufaing par ces arbres morts et son caractère sauvage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *