PROMENONS NOUS DANS LES PRES (2)

Du Brabant aux Bouchaux

Nous continuons notre petite balade virtuelle dans les prés de La Bresse….cette fois sur le versant de l’envers, du Brabant aux Bouchaux.

Parmi les 120  lieux-dits portant le nom de « Pré …quelque chose ». (rappel : on ne désigne par pré que les endroits où l’on peut faucher l’herbe) , le secteur compris entre la limite de Cornimont et la forêt du Lac des Corbeaux n’en compte pas moins de 14, dont 9 désignés par un nom ou un prénom, et 5 un autre qualificatif.

Nous trouverons donc le Pré Anould (à moins que Anould ne désigne un lieu où poussent des aulnes…), Le Pré Léonard (cette fois, on utilise le prénom et non plus le diminutif de Nînâ…), le Pré Colesse (déformation de Colatte, ou à prendre au sens premier de « couliche », ou encore déformation de « caleuche » = souche) , le Pré Dieudonné, le Pré Mathiate (la femme ou la veuve de Mathias), le Pré Martine (ou plutôt Mantine), le Pré Diaudate (la femme de Diaudat = Claude), le Pré du Grand Bastié….

On trouvera aux Bouchaux deux prés voisins désignés par leur caractéristique topographique : le Pré du Golet (avec son thalweg bien visible au milieu et de haut en bas du pré ) et, en dessous du précédent, le Pré Bessat (situé dans  une bessate = repli, creux de terrain)

Plus haut, vers l’ancien domaine de ski de Supervallée, on trouvera le Pré des Corbeaux (est-ce l’animal volatile ? ou un sobriquet décerné à l’habitant du lieu ? ou encore une déformation de « Courbée » qui désigne un champ ou un pré épousant la courbe de niveau ?) et juste au-dessus le Pré des Caumés (déformation du patronyme Gaumel présent à La Bresse en 1559, ou de combe, ces prés étant situés entre la combe dite « du tir » et celle du lac des Corbeaux…. ??)

Mentionnons encore le Pré de la Vieille Maison tout en haut des Bouchaux, et plus bas, dans la combe du « Tir » au-dessus de l’actuelle zone d’activités des Ecorces, le Pré de Bois (entouré de bois ?)

Sur les vues aériennes jointes, (merci Géoportail) quelques uns de ces prés sont surlignés et malgré le temps qui passe et la déprise agricole, on devine encore bien qu’ils ont été – ou sont encore – fauchés ou paturés. On voit encore mieux sur la vue aérienne (noir et blanc) de 1935, car la friche était sérieusement « pourchassée »….

Allez, fin de la promenade pour aujourd’hui….

La prochaine fois, nous redescendrons dans la vallée, pour remonter du Bas de La Bresse jusqu’au Village….