LA CROIX DU LUDENBUHL

Le Ludenbuhl, c’est le plateau sommital situé entre le sommet du télèsiège de la Schlucht et la chaume des Trois Fours. A cet endroit, à peu près au point de jonction des limites communales de STOSSWIHR, LE VALTIN et XONRUPT, est érigé un calvaire dont l’origine s’était quelque peu perdu et qui avait fini par succomber aux assauts répétés du temps qui passe et des intempéries.

En 2013, un groupe d’accompagnateurs en montagne et de skieurs vosgiens entreprirent de restaurer cette croix. En creusant le sol pour asseoir le socle, ils découvrirent un cylindre en plomb contenant un parchemin parfaitement conservé, et dont voici le texte :

« En l’an de gràce 1938, à la fin du mois de juin, en cet endroit dit le Ludenbuhl, il a été élevé un calvaire. Cette croix a été érigée par les soins et sur le dessin d’Henri de Bazel de Lesseux, le bois a été fourni par la Vicomtesse de St Georges, il a été débité par le sagard Koenicker, charpenté par Emile Vincent, la ferronnerie a été exécutée par Alphonse Haxaire, tous étant de la paroisse du Valtin en Lorraine. Cette croix a été bénie par M. L’abbé Lhuillier, curé de Trémonzey, ancien curé du Valtin. En pieux souvenir des gens de la forêt et des skieurs morts en montagne. »

Sur la simple croix de bois restaurée, a été ajouté par la suite un Christ en fonte provenant du couvent des soeurs cisterciennes d’Ubexy.

Belle intention originelle et belle action de restauration de notre patrimoine montagnard.

Et merci à « la Gazette de la Schlucht » et à Gilberte Boulanger pour les informations concernant ce calvaire du Ludenbuhl.

Au fait, si le mot « buhl » signifie colline en germanique, que signifie « Ludenbuhl » ? Merci d’éclairer notre lanterne lorraine….

Une réflexion sur « »

  1. « Luden » en allemand voudrait dire » invité », d’après le traducteur « deepl ».
    Nous sommes allés à trois à cette croix très émouvante le dimanche de la Pentecôte vers 16H30 le 31 mai de cette année 2020.
    Nous y avons rencontrés deux jeunes personnes habillées en noir, sans doute endeuillées, assises sur les grosses pierres face à la croix, en pleine adoration. N’osant pas les approcher, malgré mon fort désir de leurs parler et partager leurs chagrins, je leurs souhaite de tout mon cœur ce qu’il y a de meilleurs dans la vie. Très touché de trouver encore des être qui ont la foi vive en Notre Seigneur Jésus Christ. Edouard Lenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *